Comment choisir le bon conseiller financier ?

 

Souvent, on n’obtient pas d’un banquier les conseils pouvant correspondre à nos besoins immédiats. Cela parce que ses connaissances sont peut être limités des dispositifs fiscaux ou qu’il manque de disponibilité ou qu’il est rattaché à une seule offre de produits et services. Pour avoir la garantie d’un accompagnement optimal donc, l’idéal est de faire appel à un conseiller financier. Il s’agit d’une solution pertinente pouvant faciliter votre projet de vous constituer un patrimoine immobilier ou de vous constituer un complément de retraite entre autres. Les conseils et astuces suivant vous aidera à faire le bon choix du conseiller financier qui vous conviendra.

Opter pour un conseiller agréé par les organismes professionnels

Lorsque vous choisissez un conseiller financier, assurez-vous qu’il possède un statut de « Conseiller en Investissements Financiers » (CIF), qu’il a un casier judiciaire vierge, qu’il est enregistré à l’ORIAS ou registre des intermédiaires en Assurance, Banque et Finance en qualité de courtier en assurances et qu’il est membre d’une association professionnelle bénéficiant de l’agrément de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers).

Le conseiller financier doit être multicarte

La qualité des conseils fournis par le CGPI dépend de la diversité des placements possibles (actions, assurance-vie, immobilier …) et des supports proposés. De ce fait, il convient de travailler avec un conseiller financier qui exerce en “architecture ouverte” proposant des dispositifs de gestion vastes.

Veiller à la conformité de la lettre de mission

Assurez-vous que la lettre de mission correspondant exactement à vos attentes. Celle-ci positionnera vos besoins, vos objectifs ainsi que les préconisations précises de votre conseiller financier. Elle indiquera également le montant des commissions qui lui seront attribuées.

S’assurer d’une commission raisonnable

Entre ceux dont les commissions sont astronomiques et ceux “low cost” dont les tarifs défient toute concurrence, il est parfois difficile de s’y retrouver. Dans ce cas, n’hésitez pas à demander précisément aux conseillers le détail de ses commissions tout comme la composition de ses frais dont les frais de gestion, les frais d’entrée et de sortie et les frais de transfert.

Prendre en compte les voies de recours

Dans le document remis par votre conseiller financier doit être présentée la possibilité d’user des voies de recours existantes. Le conseiller doit être assuré au titre de sa responsabilité civile professionnelle mais également couvert par celle de son association d’appartenance.


Laisser un commentaire